Où se trouve le pays du Chili ?

Où se trouve le pays du Chili ?

A l’occasion de leur dernière tournée en France, le batteur Daniel Pezoa et les guitaristesRaúl Céspedes et Mauricio Barrüto Astudillo, tous trois membres du groupe chilien Bloque Depresivo, nous ont donné une interview. A l’initiative de Macha, chanteur du groupe Chico Trujillo, le groupe réunit des artistes de différentes traditions musicales. En plus des membres de Chico Trujillo, des musiciens de groupes ont travaillé contre la dictature chilienne d’Augusto Pinochet, comme Inti-Illimani. Dans le contexte de l’engagement militant, le groupe réinterprète les titres traditionnels du continent latino-américain et met à jour le Boléro, un style de musique sentimentale dans lequel Cumbia caractérise Chico Trujillo. A l’occasion de cette interview, nous sommes donc revenus aux motivations de ce projet musical ainsi qu’à la place de la culture dans la société chilienne, 29 ans après le Pinochet Automne.

LVSL — Le groupe Bloque Depressivo est fondé à l’initiative des membres de Chico Trujillo, en particulier le chanteur Macha, dans le but de réviser les tubes traditionnels de différentes parties de l’Amérique latine. Cela crée un fort sentiment entre les générations en ce sens qu’il semble avoir une forte identification de la nouvelle génération pour la culture des générations précédentes. Qu’est-ce que vous avez recherché en créant ce groupe ?

A lire en complément : Comment réussir son ascension du Kilimandjaro ?

Daniel Pezoa — Le groupe a été fondé 12 ans après Chico Trujillo avec le projet de mise à jour de vieilles chansons, thèmes qui n’avaient pas été discutés depuis de nombreuses années, tels que la chanson Lo que un día fue, no será, à l’origine interprétée par le chanteur mexicain José Maria Napoleon, ou le titre Sin Excusas, pour sauver quelques exemples de noms. Il s’avère que Masha voulait jouer le genre de musique. Accompagné par plusieurs membres de Chico Trujillo, mais aussi des musiciens d’autres groupes, nous nous sommes alors réunis pour jouer à notre façon des chansons connues depuis de nombreuses années, sans prétention en termes de ce que ces chansons représentent. En réalité, ce sont des chansons que nous avons toujours connues, mais inconsciemment nous avons oublié que nous les connaissions. Nous avons donc commencé à jouer des titres à notre manière que nous connaissions ci-dessous sans le savoir.

« Le Chili se caractérise par un désir d’identité fort et insatisfait. » Mauricio Barrueto Astudillo

A voir aussi : Comment s'appelle le Cap en Afrique du Sud ?

Raúl Céspedes — La forme et la façon de les jouer sont peu ou du moins pas les plus importants. Le but de la mise à jour de cette musique est le « Decir Algo » (dites quelque chose), c’est-à-dire que nous travaillons sur le contenu. Notre objectif, par ce biais, est de faire appel à toutes les générations afin que notre musique soit partagée en famille, afin de rechercher l’identité qui caractérise le Chili.

Mauricio Barrueto Astudillo — En effet, il y a eu un important désir d’identité insatisfait au Chili depuis la fin de la mode cueca, le folklore chilien. Ainsi, avant la fondation de la dictature d’Augusto Pinochet en 1973, l’identité chilienne était basée sur le rythme de la danse folklorique. Depuis lors, la culture chilienne a souffert de la répression totale, et aujourd’hui le Chili doit retrouver son identité culturelle.

LVSL — Votre musique n’est donc pas seulement artistique, mais surtout un activiste. Ils ont récemment participé au Festival Arte y Memoria Victor Jara le 25 septembre 2018 au Stade Victor Jara à Santiago, en hommage au chanteur torturé et assassiné pendant la dictature de Pinochet. Vous revendiquez une tradition musicale militante ? Comment décririez-vous vos influences idéologiques et artistiques ?

« Nous sommes héritiers de plusieurs Des groupes se sont formés avant le coup d’État et contraints de s’exiler pendant la dictature militaire. « Daniel Pezoa

Daniel Pezoa — Chaque membre de Bloque Depresivo vient de différentes traditions musicales. Nous sommes héritiers de plusieurs groupes musicaux fondés avant le coup d’État et nous devons nous exiler pendant la dictature militaire, comme Inti Illamini – connu pour cela, l’auteur du titre El Pueblo Unido Jamás Será Vencido-, Quilapayun – groupe, qui mêle des instruments andins avec des instruments poétiques ou politiquement engagés , publié par Salvador Allende en 1972 comme ambassadeur culturel du Chili – ou Los Jaivas (groupe qui combine styles folkloriques, rock et rythmes latino-américains, en particulier les Andes). A titre personnel, j’étais membre du populaire groupe de musique Los Tricolores. Notre groupe a donc été façonné sur la base d’une forte identité militante.

Mauricio Barrueto — nous avons également influencé par la jupe. J’ai fait partie du trio Vejara, un groupe de musique qui mêle folk, trova et rock (FTR).

Raúl Céspedes — Nous nous identifions pleinement avec des artistes tels que Victor Jara, Violeta Parra et Pablo Neruda. Il est important de souligner que chacun de nous a des influences musicales différentes. Les différentes parties du groupe permettent ainsi de former un style atypique.

LVSL — Leur engagement artistique est donc profondément influencé par le coup d’État réalisé par Augusto Pinochet en 1973 et les années suivantes. Avec l’avènement de Chicago Boys, les économistes formés à l’Université de Chicago sur la base des théories de Milton Friedman, Chili, est devenu un laboratoire de néolibéralisme, où chaque secteur de la société a subi la privatisation et la marchandisation : éducation, santé, culture, etc. Le processus de démocratisation a commencé, mais de nombreuses structures héritées de la dictature existent encore. Le modèle économique chilien reste modelé sur les revenus de Chicago Boys. En ce sens, comment comprenez-vous le processus de transition vers Pinochet ? Comment percevez-vous votre place en tant qu’artiste dans ce processus ?

Raúl Céspedes — En réalité, après la dictature de Pinochet, le Chili ne s’est pas ouvert comme démocratie, car la constitution de la dictature est toujours en vigueur aujourd’hui, comme les secteurs de la santé, de la culture ou de l’éducation, qui sont très largement privatisés. Par conséquent, l’entreprise chilienne est profondément brisée par d’importantes inégalités. Nous ne pouvons pas vraiment parler d’une transition démocratique, car les principales caractéristiques du système politique et économique de Pinochet demeurent.

« Mise à jour des rythmes qui ont été exécutés pendant les années précédant le coup est important pour que la société chilienne retrouve une identité. » Daniel Pezoa

Daniel Pezoa — Cette persistance des caractéristiques du système Pinochet, comme la marchandisation accrue de tous les secteurs de la société, et en particulier du secteur culturel, constitue un obstacle à la construction d’une identité culturelle. Le manque de ressources mises à la disposition du secteur culturel et la concurrence accrue imposée à la société dans son ensemble laissent peu de place à la création artistique et au maintien d’une identité culturelle. Sur la base de cette observation, nous estimons qu’il est important d’actualiser les rythmes caractéristiques des années précédant le coup d’État de 1973 pour que la société chilienne puisse distinguer la société chilienne, profondément touchée par la la dictature est caractérisée pour retrouver une identité.

« Le Chili est le pays le plus stable sur le plan économique avec l’identité culturelle la moins développée d’Amérique latine. » RAÚL Caespedes

Raúl Céspedes — Tout ce que Bloque Depresivo fait c’est l’autogestion. Notre groupe est très autonome, très indépendant de l’État. Cela encourage les gens et les jeunes à faire les choses eux-mêmes, parce que l’État ne fait rien pour la culture. L’une des continuités avec la dictature est caractérisée par le manque d’investissements importants dans le secteur culturel. Cela nous amène à l’important paradoxe chilien. Le Chili est le pays économiquement stable avec l’identité culturelle la moins développée d’Amérique latine. À titre de comparaison, des pays comme Cuba et le Brésil sont des pays ayant une identité culturelle beaucoup plus développée et plus développée. De cette façon, nous essayons modestement de regarder cette vide pour réagir.

Depuis les années 2000, Chico Trujillo a retourné le style musical de Cumbia, soulignant ce qui a toujours été, mais a été enterré depuis de nombreuses années. De même, Bloque Depresivo vise à mettre à jour la musique traditionnelle pour permettre à la population chilienne de reconstruire la société par des chansons qui parlent pour tous.