Voyager avec des enfants immunodéprimés : conseils pour assurer leur protection

Voyager avec des enfants immunodéprimés : conseils pour assurer leur protection

Qui n’apprécie pas les vacances au soleil ? Les destinations qui répondent à ce besoin sont d’ailleurs légions. C’est une occasion pour toute la famille de profiter du beau temps et bronzer. Si un voyage sous les tropiques est apprécié, ce n’est pourtant pas évident pour un enfant immunodéprimé. Les risques de déshydratation sur diarrhée, de malaria ou encore de nombreux épisodes infectieux sont élevés. Il convient de prendre les précautions adéquates pour un séjour agréable.

Conseil 1 : l’immunisation

Avant le départ, il faudrait s’assurer que votre enfant immunodéprimé ait reçu tous les vaccins systématiques en lien avec son affection. C’est au professionnel de santé et aux parents de s’assurer que son carnet de vaccination soit à jour et complet.

Lire également : Un service de visa en ligne pour voyager vers la Chine

Conseil 2 : l’hygiène des mains

Durant le voyage, il est nécessaire de bien se laver les mains à chaque activité quotidienne :

  • avant de manger ;
  • après avoir uriné ou déféqué ;
  • après voir touché de la terre ou des plantes ;
  • après avoir jeté des déchets ;
  • après avoir touché des animaux ;
  • au retour d’un lieu public et d’une sortie.

Conseil 3 : réduire les risques d’infections respiratoires

Un enfant immunodéprimé est le plus exposé au virus de la grippe ou d’autres virus respiratoires. C’est alors que toute la famille doit respecter une étiquette respiratoire irréprochable. Pour réduire ce risque d’infection respiratoire, voici quelques conseils pratiques :

A lire également : Voyage : la Russie se prépare à simplifier son régime de visas

  • éviter tout contact avec d’autres personnes ayant une maladie respiratoire connue ;
  • limiter les balades dans la foule (marché, centre commercial…) ;
  • éviter les expositions au tabac ou à la fumée ;
  • éviter les granges, exploitations agricoles à cause du compost ou du paillage.

Conseil 5 : réduire les risques de maladie d’origine hydrique

Sous les tropiques, l’eau est contaminée par des bactéries ou parasites néfastes à l’enfant immunodéprimé. En Amérique du Nord, un parasite d’origine hydrique transmis par des animaux infectés ou des selles de personne est la cause de diarrhée prolongée. Pour réduire les risques de ce type de maladie, il convient de prendre des mesures préventives :

  • ne boire que de l’eau bouillie ou embouteillée lors des déplacements ;
  • éviter de boire de l’eau de puits ;
  • éviter de boire directement l’eau dans les ruisseaux, les lacs, les mares et les rivières ;
  • éviter l’utilisation des bains à remous ;
  • nettoyer les abrasions cutanées avec de l’eau de source sécuritaire.

Conseil 6 : réduire les risques de maladie d’origine alimentaire

Certes, les principes d’approvisionnement et de manipulation sanitaire des aliments suivent une norme universelle. Toutefois, il arrive que les enfants immunodéprimés contractent des maladies d’origine alimentaire. Pour éviter une telle maladie, plusieurs gestes sont à adopter :

  • consommer des légumes, du jus de fruits ou du lait pasteurisés;
  • éviter la consommation de fromage cru ou non pasteurisé (fromage à pâte persillée, Camembert…) ;
  • ne pas consommer de fruits de mer, de la viande ni des œufs crus ;
  • laver convenablement la salade et les autres légumes crus ;
  • faire attention à la contamination croisée lors de la préparation des aliments. Mieux vaut séparer les aliments cuits des crus et utiliser des ustensiles différents pour chaque type de préparation.